Agriculture urbaine : des rustines pour camoufler l’échec – 26 juin 2023 (#CMGrenoble)

par | Juin 26, 2023 | Interventions

L’intervention d’Alain Carignon au nom du groupe d’opposition lors du conseil municipal de Grenoble.

Monsieur le Maire,

Encore un long rapport pour bien peu de concret. Un poulailler, des mini jardins, deux toits avec des potagers, une parcelle de ferme sur le site horticole de St Martin d’Hères soit au total 3500 M2 dans toute la ville,  puis évidemment des introductions, des stratégies, des opportunités à saisir mais on ne sait pas lesquelles, des réseaux à mettre en place, des encouragements, un partenariat, le seul élément véritablement tangible  et durable étant l’augmentation des dépenses de fonctionnement de la ville gagée par aucune économie ailleurs, ceci expliquant à chaque étape pourquoi vous asphyxiez financièrement Grenoble.

Vous empilez les politiques sectorielles et à chacune correspond un nouveau service parce que vous ne savez pas construire une transversalité dans l’organisation administrative alors que vous évoquez sans cesse la transversalité des transitions.

Ce sont les grenoblois qui paient la note.

Sur le fond il faut bien comprendre que la délibération recense après une étude approfondie qui a probablement demandé beaucoup de moyens 5 petits espaces qui pourraient être disponibles, des petits délaissés dans des quartiers anciens ou nouveaux et il n’y a pas besoin d’une mirobolante étude pour les recenser. Dans un autre temps, un élu ou le Maire faisaient remonter aux services l’existence d’un tènement libre ou abandonné pour réfléchir à son embellissement et sa destination.

On retrouve cette incapacité à agir dans la proposition, je cite, “d’étudier le plus spécifiquement possible la faisabilité d’installer de l’agriculture urbaine dans les projets d’aménagements en cours ou à venir”.

Vous n’y avez pas pensé avec les 1200 logements ajoutés caserne de Bonne et rue Hoche avec un seul mini jardin, vous n’y avez pas pensé à Vigny-Musset ou seulement maintenant à la marge sur le terrain sur lequel les opérateurs ont refusé de construire vu l’effondrement de la valeur des biens,  sur la Presqu’île vous n’y avez pas pensé et vous continuez avec la forêt de tours qui est en train de sortir rue Esclangon sans un m2 de vert, vous n’y avez pas pensé à Flaubert car je ne pense pas que le toit terrasse du Bar Radis soit une ferme urbaine.

Si vous vouliez installer de l’agriculture urbaine dans les projets d’aménagement en cours, vous devriez les stopper. On est toujours avec vous dans un discours d’évangélisation qui oublie que le discoureur est aux manettes.

Vous avez manqué deux grands rendez-vous avec l’histoire de la reconquête de la ville par l’agriculture urbaine qui crée en même temps des îlots de respiration propices à la neutralité carbone. Vous portez une très lourde responsabilité de ne pas avoir saisi ces opportunités dont vous parlez en théorie mais qui étaient au bout de vos doigts.

La conjonction d’une volonté politique, de l’année capitale verte permettaient de préempter les friches urbaines de la Bastille pour empêcher l’urbanisation du site, réaliser une ferme urbaine accessible par toute la Métropole comme nous le proposions. Ce site emblématique, cette montagne magique dont les grenoblois bénéficient aurait été préservé, élargi, alors qu’aujourd’hui on voit les voitures que vous voulez interdire sur les quais  monter rue Maurice Gignoux devant le Musée Dauphinois.

Identiquement avec la friche ex Allibert, ces 10 hectares au sud de la ville que vous allez urbaniser. Alors que ce secteur aurait été aéré, et le sud revalorisé si vous aviez réservé une grande partie à de l’agriculture urbaine comme Nicolas Pinel vous l’a souvent proposé au nom de notre groupe.  

Permettez moi de vous rappeler qu’en 1992, à une époque où la question du réchauffement n’était pas à la mode, quand nous avons acquis pour presque rien les 10 hectares de Rhône Poulenc, ceux de l’usine de la Viscose, nous avons décidé de partager en deux : moitié pour agrandir le parc Bachelard afin de préserver l’avenir et moitié pour créer Technisud, une zone d’emplois.

Aujourd’hui, derrière vos délibérations verbeuses et ronflantes, vous sacrifiez l’avenir et vous vous étendez sur des rustines pour cacher l’essentiel. Non, avec vous Grenoble n’aura pas avancé fortement pour favoriser l’agriculture urbaine, favoriser le lien entre les citoyens et la terre, la pédagogie à l’égard des jeunes générations car vous êtes passé à côté des opportunités réelles d’accomplir un saut qualitatif et quantitatif grâce à des sites qui permettaient des avancées.

On ne le dira jamais assez c’est d’autant plus grave dans une ville qui est devenue pendant l’année capitale verte la première pour les îlots de chaleur dus à l’urbanisation.

Parce que vous avez manqué de vision, d’anticipation, de décision et compromis gravement la marche vers les transitions, nous voterons contre cette délibération.

Groupe d’opposition
Société civile, divers droite et centre

Hôtel de ville de Grenoble
11 boulevard Jean Pain
38000 GRENOBLE

contact@societe-civile-grenoble.fr

NOUS CONTACTER

14 + 6 =

© 2023 Société Civile Grenoble | Mentions légales & Politique de confidentialité