Budget 2023 : l’intervention de Chérif Boutafa (#CMGrenoble)

par | Mar 13, 2023 | Interventions

L’intervention de Chérif Boutafa à propos du budget 2023 lors du conseil municipal.

Monsieur le Maire,

Nous avons déjà eu l’occasion de nous exprimer sur les raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas voter ce budget en l’état, tant il ne tire aucune leçon de la situation dramatique dans laquelle vous avez mis Grenoble : encours de dette record, hausse d’impôts historique, le tout après un plan d’austérité qui a affaibli les services publics. 

Votre refus d’engager des réformes de structure nous a conduit ici. Ce n’est heureusement pas encore une impasse et nous vous proposons des amendements pour rectifier le tir et redonner des marges de manœuvres à notre ville pour revenir sur une trajectoire saine. 

Pour les dépenses de fonctionnement, vous n’avez ainsi fait preuve d’aucun effort. Nous n’avons pourtant pas cessé de vous alerter sur la nécessité de mieux piloter la masse salariale de la ville, qui a un poids écrasant dans ces dépenses de fonctionnement. 

Les transferts de compétence à la métropole auraient dûs être une formidable occasion de mutualisation des services et d’économies en évitant les doublons. Il n’en a malheureusement rien été.

Dans son rapport de 2021, la CRC relève que de l’ordre de 350 agents ont été transférés à la métropole. Les rapports sociaux, eux, nous montrent que la ville comptait 2874 ETP en 2014 et 2664 en 2021. Ce qui signifie qu’environ 150 ETP ont été créés dans la période, alors que la ville exerce moins de compétences ! 

Pire : la CRC relève que de son côté, la Métropole a créé en plus des transferts de postes des communes de l’ordre de 200 postes supplémentaires. Non pas réaliser des économies d’échelle, vous aurez réussi à faire de la métropolisation un vecteur d’explosion des dépenses de fonctionnement. Chapeau l’artiste.

La moyenne des charges de personnel des villes de la strate de Grenoble est ainsi de 708 euros par habitant, alors que nous atteignons de notre côté 879 euros par habitant. Ce n’est en rien justifiable tant le niveau de service rendu aux Grenoblois est insatisfaisant : personne ici ne peut le nier car nous entendons tous leurs remarques et doléances sur l’état de la ville.

Aussi, je vous propose d’adopter l’amendement suivant : 

Considérant que la ville de Grenoble a transféré de l’ordre de 350  agents à la Métropole entre 2014 et 2019 comme relevé dans le rapport de la CRC rendu en 2021, 

Considérant que la ville comptait 2874 ETP en 2014 et qu’elle en comptait 2664 en 2021,

Considérant qu’elle a créé de ce fait de l’ordre de 150 ETP supplémentaires dans la période, pendant que la Métropole elle-même créait de l’ordre de 200 postes supplémentaires au transfert des communes, selon le rapport de la CRC,

Considérant que le niveau des services rendus aux Grenoblois ne s’est pas amélioré en proportion de cette augmentation de personnel de l’ordre de 350 postes, 

Considérant que la part des frais de personnel de la ville de Grenoble atteint 57% des dépenses de fonctionnement,

Afin de réduire les dépenses de fonctionnement et d’améliorer l’efficacité du service rendu aux Grenoblois, le Conseil Municipal décide d’engager: 

  • Une procédure d’identification de tous les doublons de services Ville/Métropole, 
  • Un plan de mutualisation des services, 
  • La mise en place d’une gouvernance unique par mission entre la Ville et la Métropole 

Toujours dans la même optique d’engager une réduction de la dépense financière au niveau de la collectivité, je souhaite vous soumettre un second amendement à propos de la gabegie que constituent les indemnités des élus.

En 2014, vous avez abondamment communiqué sur la baisse des indemnités des élus de la ville. En oubliant curieusement que communiquer sur le fait que, dans le même temps, vous votiez une belle augmentation des indemnités à la métro. Nous connaissons bien vos techniques de faussaire désormais.

Pour ce second mandat, vous avez fait exploser l’enveloppe des indemnités d’élus. Et encore, je ne parlerai même pas des frais de mission pour des déplacements aux 4 coins du globe, mais uniquement des indemnités. 

Vous avez nommé pas moins de 22 adjoints au Maire, soit plus de la moitié de votre majorité. Et 14 conseillers municipaux délégués ! Ce qui signifie que seulement 7 de vos conseillers n’ont pas d’attribution sur le papier. Et derrière ces attributions, pour lesquelles on se demande parfois en quoi elles consistent franchement, c’est évidemment une indemnité plus conséquente. 

Ce qui fait qu’à l’arrivée, les indemnités des élus de ce mandat représentent plus d’un million d’euros par an. Soit près de 150 000 euros de plus par an par rapport au précèdent.

Vous conviendrez bien que cette coûteuse armée mexicaine ne s’est accompagnée d’aucune amélioration du suivi des dossiers. Pour ne citer qu’un exemple, il n’y a même plus d’élu délégué au patrimoine historique…

Je vous soumets donc l’amendement suivant pour que la collectivité revienne à des bases plus saines : 

Considérant la nécessité de faire preuve de sobriété dans les dépenses municipales,

Considérant l’augmentation de la masse budgétaire que représentent les indemnités des élus, de l’ordre de 145 000 euros brut de coût supplémentaire pour la ville par an par rapport au précédent mandat, 

Le Conseil Municipal décide de limiter la masse budgétaire que représentent les indemnités des élus à 900 000 euros brut par an maximum pour revenir au niveau qu’elles représentaient lors du mandat 2014/2020. Monsieur le Maire se chargera de la réorganisation des attributions de délégation des élus pour atteindre cet objectif. 

Je vous remercie.

Groupe d’opposition
Société civile, divers droite et centre

Hôtel de ville de Grenoble
11 boulevard Jean Pain
38000 GRENOBLE

contact@societe-civile-grenoble.fr

NOUS CONTACTER

14 + 8 =

© 2023 Société Civile Grenoble | Mentions légales & Politique de confidentialité