Eric Piolle fait porter aux Grenoblois le prix de ses projets – 25 septembre 2023 (#CMGrenoble)

par | Sep 25, 2023 | Interventions

L’intervention de Dominique Spini au nom du groupe d’opposition lors du conseil municipal de Grenoble.

Monsieur le Maire,

Nous voterons pour cette délibération. Mais permettez-nous de soulever deux points qui nous préoccupent.

Le premier, puisqu’il est question de la tour Perret, est celui du patrimoine grenoblois que vous délaissez. Nous avons déjà eu l’occasion de l’exprimer sur ces bancs : bien sûr, nous nous félicitons que la réhabilitation de la tour Perret soit enfin engagée, mais nous ne sommes pas dupes.

Pas dupes du calendrier retenu, qui verra cette rénovation s’achever aux alentours des élections municipales. On imagine sans peine le tapage médiatique auquel vous vous livrerez à cette occasion. Vous allez faire de cette opération l’arbre qui cache la forêt du patrimoine grenoblois abandonné. 

La tour Perret connaîtra une seconde jeunesse, mais rien n’est prévu pour l’ancien musée de peinture de la place de Verdun pour lequel vous n’avez pas le premier centime des 20 millions d’euros nécessaires aux travaux les plus urgents ; 

Rien pour la villa Kaminski, cet édifice remarquable que vous laissez à disposition de l’extrême-gauche qui l’a considérablement dégradée ; 

Rien pour la collégiale Saint-André qui fêtera ses 800 ans en 2028 et est dans un état de décrépitude avancé ;

Rien pour l’église Saint-Louis qui nécessiterait de nombreux travaux aussi ;

Rien pour la chapelle des Pénitents rue Voltaire, petit bijou patrimonial qui a aussi besoin d’une rénovation, qui gagnerait à être ouverte au public mais qui ne l’était même pas pour les journées du patrimoine cette année ;

Rien enfin pour l’hôtel de Lesdiguières, que vous avez fait classer lors du précédent mandat mais dont les étages sont tristement délabrés.

Nous vous avons déjà fait des propositions, afin de réaliser des économies, s’ouvrir aux opérateurs privés pour les édifices que nous n’avons pas les moyens d’entretenir, et enfin mener une politique globale de réhabilitation du patrimoine de la ville. Vous les avez systématiquement refusées, sans doute parce que vous considérez le sujet comme trop indigne de votre intérêt. Nous en prenons acte.

Le second point sur lequel nous souhaitions vous interpeller à l’occasion de cette délibération concerne cette nouvelle manie de vous tourner vers les Grenoblois pour financer les projets de la ville.

On le voit avec la tour Perret justement, pour laquelle vous avez lancé une collecte de fonds qui ne décolle d’ailleurs pas. Peut-être que les Grenoblois n’ont plus les moyens de donner, asphyxiés par votre hausse d’impôts. Au passage, nous aimerions connaître la liste des entreprises mécènes et celles s’étant proposées qui auraient été éventuellement refusées par vos soins.

Mais si nous pouvons comprendre la volonté d’associer les Grenoblois à la rénovation d’un monument emblématique de la ville, nous avons été très étonnés de découvrir votre manœuvre pour l’ex piscine des Iris à la Villeneuve. 

Après que vous ayez abandonné la piscine, privant les habitants d’un point de fraicheur essentiel et de l’accès à l’eau, un collectif d’habitants s’est monté pour élaborer un projet afin de faire quelque chose de la friche.

Vous avez refusé la proposition émanant des habitants soumise dans le cadre d’un appel à projet, puis elle a perdu au budget participatif. Vous avez alors mis vos services dans la boucle pour recalibrer le projet. 

Ce projet, que vous avez donc grandement contribué à orienter, consisterait en un centre de bien-être à la place de la piscine. Aussi sympathique que ce puisse être, permettez-nous de douter de la pertinence de remplacer ainsi un espace de fraîcheur quand dans le même temps votre lubie de lac baignable à proximité est vivement critiquée par les habitants car vous en restreignez en fait l’accessibilité.

Mais c’est au niveau du financement que le pot aux roses se révèle. Vous êtes prêts à financer la “halle transitoire” préalable au projet avec l’ANRU pour un total de 900 000 euros. Cela étant, une telle halle vide ne servira à rien sans les équipements nécessaires au bien-être. 

Le manque pour boucler le projet avec les tables de massage, sauna, spa et tous les aménagements nécessaires est de 1.6 millions d’euros. Et là, on découvre que le collectif doit se débrouiller pour trouver cette somme colossale. Ils sont à la recherche de porteurs de projets et de fonds supplémentaires. Rien n’est fait donc.

Après avoir sabordé un équipement, car la fermeture originelle est de votre fait, il faut le rappeler, vous laissez aux habitants le soin de se débrouiller pour payer un hypothétique nouveau projet à la place. Cette nouvelle manière de procéder interroge vraiment. 

Nous connaissons l’état financier dans lequel vous avez plongé la ville, mais nous espérons que vous aurez la décence de ne pas commencer à systématiser cette manie de s’appuyer sur les Grenoblois pour financer des réalisations.

Groupe d’opposition
Société civile, divers droite et centre

Hôtel de ville de Grenoble
11 boulevard Jean Pain
38000 GRENOBLE

contact@societe-civile-grenoble.fr

NOUS CONTACTER

9 + 2 =

© 2023 Société Civile Grenoble | Mentions légales & Politique de confidentialité