Graffitis et tags : à quand un encadrement ? – 26 juin 2023 (#CMGrenoble)

par | Juin 26, 2023 | Interventions

L’intervention de Chérif Boutafa au nom du groupe d’opposition lors du conseil municipal de Grenoble.

Monsieur le Maire,

Je note à l’occasion de cette délibération que vous précisez bien que “la ville de Grenoble n’intervient pas sur les choix artistiques de l’association qui assume ses orientations”. 

Voilà qui n’augure rien de bon et annonce déjà la couleur dans une ville qui semble prendre un malin plaisir à défrayer la chronique avec des fresques toutes plus scandaleuses les unes que les autres. Évidemment nous sommes très attachés à la liberté de création. Mais le révisionnisme, la désignation de catégories ou d’hommes identifiés à la vindicte populaire ne sont pas admissibles en République.

On se souvient évidemment de la fresque des CRS tabassant la République. Mais aussi de celle dénonçant des violences policières juste à côté des locaux de la police municipale, une provocation pathétique à l’encontre d’agents que vous êtes supposé défendre en tant que Maire.

Plus récemment, vous n’avez pas été capable de condamner la fresque de Goin assimilant une femme voilée aux juifs pendant la seconde guerre mondiale. Cette forme de révisionnisme, car le sort des musulmans en France ne ressemble en rien à la déportation des juifs, a suscité une large indignation, tout à fait légitime. De votre côté, vous n’avez rien trouvé à redire.

Aussi nous ne sommes pas étonnés que vous assumiez ne pas vouloir intervenir sur les choix artistiques. Nous n’attendons en réalité rien de vous à ce niveau là, car nous sommes bien conscients de votre petit jeu qui consiste à donner des gages à la gauche radicale qui se gargarise de ce genre de messages. 

En revanche, puisque nous sommes sur le sujet des fresques et du street-art, nous souhaitons profiter de cette délibération pour vous soumettre une proposition déjà formulée par le passé.

Nous sommes tous ici bien au fait du problème des tags et graffitis à Grenoble, devenue “une zone touristique dans le milieu” de l’aveu même d’un ancien graffeur fin connaisseur de cet écosystème.

Vous connaissez notre position et nos critiques quant au manque de moyens alloués par la ville, quant au refus de se doter des moyens de répression nécessaires et de s’attaquer par exemple aux foyers d’ultra gauche à l’origine de nombreux graffitis aux slogans politiques qui pourrissent les murs de notre ville. Je ne m’étendrai donc pas une nouvelle fois sur ce sujet là.

Mais à l’occasion de cette délibération, nous tenions à rappeler qu’il est particulièrement préoccupant de voir fleurir des signatures et graf vandales d’artistes qui participent à des évènements soutenus et promus par la Municipalité, comme le street art fest. Je vous épargne la liste des noms, que nous avons déjà énumérés lors de précédents conseils et qui sont facilement identifiables.

Nous vous avions déjà saisi à ce sujet et nous vous reformulons la demande : il serait pertinent, pour commencer, d’élaborer une charte qui engage les créateurs de ces événements subventionnés à ne pas détériorer Grenoble par ailleurs. Et le cas échéant, si ces artistes participent à nouveau l’année d’après, nous vous enjoignons de refuser de soutenir l’évènement. 

Car il y a quelque chose de schizophrénique à, d’un côté, utiliser l’argent du contribuable grenoblois pour un évènement qui met en avant des créateurs ; et de l’autre, utiliser ce même argent pour faire effacer les dégâts que causent certains des créateurs avec des grafs vandales.

Groupe d’opposition
Société civile, divers droite et centre

Hôtel de ville de Grenoble
11 boulevard Jean Pain
38000 GRENOBLE

contact@societe-civile-grenoble.fr

NOUS CONTACTER

14 + 2 =

© 2023 Société Civile Grenoble | Mentions légales & Politique de confidentialité