Parc Tarze : un autre espace de verdure urbanisé – 25 septembre 2023 (#CMGrenoble)

par | Sep 25, 2023 | Interventions

L’intervention d’Alain Carignon au nom du groupe d’opposition lors du conseil municipal de Grenoble.

Monsieur le Maire,

Grenoble est devenue la première des grandes villes de France pour les îlots de chaleur dus à l’urbanisation selon le CNRS. L’étude réalisée par le Kermap, extrêmement scientifique sur la base de la cartographie de l’Institut Géographique National et à l’appui de l’intelligence artificielle, a recensé tous les espaces verts des villes, publics et privés et il en ressort que Grenoble est la ville où la part de nature en ville par habitant est la plus faible.

Faut-il rappeler ici que du fait de sa configuration comme cuvette, elle est particulièrement sensible au réchauffement climatique, chaque espace arboré compte donc doublement.

Pourtant, le plan d’urbanisme tel que vous l’avez élaboré et voté prévoit la disparition de nombre d’entre eux. Nombre de jardins privés ont déjà disparu un peu partout dans la ville et continuent à disparaître. Or, dans le recensement de Kermap, les jardins privés représentent 50 % de la surface arborée de la ville. Une surface arborée, je le répète, parmi les plus faibles de France.

Cette politique de suppression des puits d’absorption de carbone rend impossible l’objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050 à Grenoble.

Et là, vous osez nous présenter une délibération qui vise à urbaniser partiellement un modeste jardin de 5000 m2 dans le quartier Jean Macé. Selon votre présentation d’ailleurs c’est une grande avancée puisque vous deviez l’urbaniser intégralement ! La première question qui se pose est de savoir pourquoi vous avez refusé de sanctuariser les jardins publics dans le plan d’urbanisme dans une ville autant soumise aux îlots de chaleur ? Comment se fait il qu’on puisse en 2023 construire dans un jardin public arboré existant ?

Dans un quartier, Jean Macé et la Presqu’île, qui est soumis à une bétonisation d’enfer, où la chasse au moindre espace végétalisé est ouverte, où les immeubles poussent sur la presqu’île et rue Durand-Savoyat les uns sur les autres privant des centaines d’habitants de soleil et de vue sur les montagnes, voir amoindrir un misérable espace de nature de 5000 M2 est un véritable scandale.

J’avoue que les raisons comptables évoquées de la part de ceux qui se revendiquent comme les avant-gardistes de la lutte contre le réchauffement climatique sont affligeantes. L’urbanisation du terrain permet de financer le jardin ! Ne pensez-vous pas que si vous informiez les porteurs de projets écologiques que vous urbanisez un parc pour des raisons financières, ils vous demanderaient de consacrer les 1,8 millions d’euros que vous leur offrez à la priorité de conserver ce qui reste de la nature en ville avant  d’améliorer le reste ?

Si vous soumettiez de vrais choix aux  Grenoblois entre les priorités, celle  de conserver le parc Tarze ou celle d’installer de nouveaux panneaux photovoltaïques, que choisiraient-ils ? Dans le premier cas ce que vous allez faire sera irrémédiable pour les générations futures, un espace de nature supplémentaire sera définitivement perdu, dans le second il s’agit de remettre de quelques mois une réalisation qui pourra de toute manière voir le jour.

Oui c’est grave car vous êtes en train avec la réduction des jardins publics, et d’autres sont menacés comme à Beauvert, la disparition des jardins privés comme cela s’est produit dans l’opération Galtier, comme on le voit avec tous ces permis de construire affichés sur des espaces arborés, rue Thiers, rue de Stalingrad, Cours de libération, rue de Chamrousse, rue Blanche Monnier, partout la ville se densifie se minéralise pendant que vous discourez sur la fraîcheur, la canopée, la végétalisation.

Avec le jardin Tarze nous avons un exemple concret, visible, sous nos yeux, dans un quartier qui aurait besoin de respirer, de cette folle politique d’urbanisme qui fait et fera des dégâts que supporteront des générations entières de Grenoblois à venir.

Groupe d’opposition
Société civile, divers droite et centre

Hôtel de ville de Grenoble
11 boulevard Jean Pain
38000 GRENOBLE

contact@societe-civile-grenoble.fr

NOUS CONTACTER

1 + 14 =

© 2023 Société Civile Grenoble | Mentions légales & Politique de confidentialité